Manuel de mathématiques classes de cinquième

  • Auteur : Yann-Baol AN NOALLEG
  • Le livre : 2002 - 4, 280 p., 15,7 x 22 cm, ISBN 2-901 383-55-6
  • Prix : 21,34 €

Le cours de mathématiques pour les classes de cinquième est le 4e ouvrage consacré aux mathématiques publié par les Editions Preder. Voici treize leçons de facture classique, chacune se terminant par des exercices corrigés et des problèmes à résoudre.

L’auteur s’est astreint à la plus grande rigueur dans l’énoncé des concepts mathématiques en donnant une importance particulière à la clarté et à la précision selon le style propre à la discipline. En cela il a été aidé par les circonstances : le breton dans sa phase actuelle de modernisation et de développement fait preuve d’une souplesse que bien des langues lui envieraient et en même temps tire parti d’un énorme gisement de ressources lexicales inexploitées.

Yann-Baol An Noalleg a logiquement adopté dans cet ouvrage la manière de compter mise au point par les enseignants responsables des cours de mathématiques par correspondance dispensés par SADED (Groupement pour l’enseignement du second degré) de 1962 à 1976. Comme dans beaucoup d’autres langues (norvégien, irlandais, gallois…) cette réforme de la façon de compter a été rendue indispensable à l’exercice des mathématiques en breton. Elle a consisté à réactualiser des termes du vieux-breton, comme pergont (quarante), pemont (cinquante) c’hwegont (soixante) etc…, et à énoncer les chiffres dans l’ordre de leur écriture. Ce qui donne par exemple 92783 : navgont daou vil seizh kant eikont tri.

De même que les autres livres de mathématiques de Preder, Jedoniezh 5ved comporte un lexique breton-français et français-breton. C’est donc maintenant un ensemble de plus de 5 000 termes bretons, couvrant tout le champ de l’enseignement des mathématiques de la 6ème à la 1ère année de l’Université, qui est à la disposition de tous ceux qui œuvrent au développement d’une vraie langue bretonne. Pour établir ce vocabulaire l’auteur n’a pas voulu céder à la facilité. Yann-Baol An Noalleg aurait pu emprunter des termes au langage scientifique dit « international », au risque de rendre impossible une stricte pensée mathématique en breton. Il a choisi la voie de la cohérence et de la rigueur, en se basant sur les ressources propres de la langue. Jedoniezh 5ved est un travail de référence tant pour l’enseignement des mathématiques que pour le développement de la langue bretonne.